Malgré une altitude modeste de 1785m, vous gravirez 1100m de dénivelé, mais sans difficulté technique.

On démarre sur une piste, après l’église de Bezins-Garaux.

Il y a plusieurs parkings dont un marqué « recommandé » 100m à gauche, à un carrefour à l’entrée du village. Si vous vous garez là, rejoignez l’église à pied en revenant vers ce carrefour puis en remontant la route sur environ 200m.

Contournez l’église et prenez la piste de gauche. Il y a des panneaux de bois qui indiquent la direction du pic du Gar.

Il faut suivre la piste un trentaine de minutes puis un panneau nous indique le sentier à prendre à droite. On commence alors à monter en forêt en longs lacets qui rendent la montée agréable et régulière.

Cette montée dans le sous-bois est de toute beauté avec les tons d’automne rougeoyants. Ces mélanges de roux, brun, bleu et vert sont vraiment sublimes et nous font moins regretter la grande variété de fleurs du printemps.

De quoi prendre plaisir à randonner jusqu’aux premières neiges.

Les vues sont magnifiques tout au long du parcours, tantôt sur la vallée et les pics frontaliers, tantôt sur le pic Saillant dont on aperçoit bientôt l’immense croix qui se découpe sur le bleu du ciel.

A la sortie de la forêt, la grimpette sous le col de Teyech demande un peu d’attention lorsque le terrain est glissant comme ce fut le cas hier, car le dévers est assez pentu, la terre glissante et les rochers pas mal patinés.

C’est d’ailleurs pour cela que nous n’avons pas fait la boucle car pour la boucle il y a un passage est assez délicat en cas d’humidité.

Sinon, pas de difficulté en aller-retour, d’autant plus qu’à la descente le terrain avait séché dans le passage sous le col

Au col, sur la gauche, vous pouvez grimper en trois minutes au pic de Prat Dessus. Cette pointe facile d’accès est très aérienne et impressionne avec ces 700m de vide. Un faux pas serait fatal. Attention aux enfants.

De retour au col de Teyech, on prend à gauche le sentier qui descend de quelques mètres sur l’autre versant, toujours en sous-bois. Un panneau indique le chemin. Il faut gagner la crête que l’on aperçoit à travers les arbres. Le sentier est bien tracé.

Une fois en crête, on voit bien à droite, le col suivant que nous devons atteindre. On monte « dré dans l’pentu » assez rudement et peu avant d’arriver au col on aperçoit à droite l’immense croix blanche du sommet du pic Saillant 1756m. On vise droit vers cette croix rapidement atteinte.

Pour le pic du Gar 1785m, nous revenons au col et partons à l’assaut de la pointe de gauche que l’on rejoint en quelques minutes. Le sommet est moins prestigieux que celui du pic Saillant et il est marqué d’un simple signal coincé dans un tas de pierres, mais on voit nettement que ce pic est plus haut que son voisin de quelques mètres. La vue est également moins large que depuis son voisin, car justement celui-ci masque la vue plongeante sur la vallée.

Alors là, faut que je vous explique car il y a confusion entre les deux sommets, même sur la carte IGN. La croix sommitale a été posée au sommet du pic Saillant et non au pic du Gar qui est pourtant plus haut de 30m, simplement parce que depuis la vallée, on ne voit pas le pic du Gar qui est caché par le pic Saillant. En revanche, je ne sais pas comment un site comme IGN a pu faire cette confusion et marquer la point du Saillant comme étant celle du Gar.

Quoiqu’il en soit, je vous recommande de faire les deux, comme ça vous serez certains d’avoir gravi le bon pic 🙂

Pour nous, ce fut beau temps dans l’ensemble avec de magnifiques jeux de nuages. Nuages qui, hélas nous ont pas mal bouché la vue au sommet, mais nous ont permis de faire quelques photos intéressantes.

 

Partagez sur vos réseaux

Articles associés