Pour cette sortie, nous rejoignons les Bains de Panticosa, en Espagne, après avoir franchi le col du Pourtalet. L’idée est d’aller admirer les faces sud des pics frontaliers comme nous les voyons peu souvent.

La fraîcheur est là, avec 12° au passage du col. En revanche, à l’arrivée à Panticosa, le thermomètre monte à 17°. Les parking sont pleins à craquer, c’est les vacances pour les Espagnols aussi, sans doute. Nous sommes le 08 août et la saison touristique bat son plein, malgré tout, un seul bar d’ouvert et deux grands hôtels-restaurants, le reste n’est que ruines, souvenir d’un passé balnéaire révolu, qui dut être grandiose.

Pour nous, ce sera hôtel et restaurant ce soir avant d’attaquer la montée au pic de Bacias, 2760m, demain à le première heure. Nous sommes en Espagne et la première heure est comme toujours ici, plus tardive que notre première heure à nous, français. Mais nous avons le temps, il n’y a que 1200m de dénivelé, nous prévoyons grosso-modo 5h30 aller-retour avec les arrêts et un peu plus si nous profitons de la vue au sommet.

Pour attraper le sentier du GR11, il faut prendre les larges escaliers à droite après la terrasse du bar. En haut, le sentier se faufile à gauche d’une vieille fontaine délabrée en cours de restauration depuis très longtemps, si on en croit le vieux panneau qui nous l’annonce.
Il va falloir suivre ce sentier du GR11 jusqu’au col de Brazato. Il est bien tracé, en sous-bois, assez caillouteux, mais bien plat. Nous n’aurons pas les chevilles fatiguées ce soir.

Il forme de grands lacets qu’il est possible de couper par endroit, mais nous les suivons paisiblement. Après quelques minutes, nous laissons à gauche le sentier qui rejoint en traversée celui qui monte au lac de Bachimaña, pour continuer à droite cette montée agréable et régulière jamais très raide.

Les nuages annoncés par la météo au dernier moment sont bien là et, même s’ils ne bouchent pas encore l’horizon, vu ceux qui arrivent derrière nous, nous ne nous faisons pas d’illusion, ils vont nous accompagner jusqu’au bout.

Nous gravissons un éboulis où la trace a été bien aménagée. Les rochers ont été dégagés et posés au bord du chemin pour former presque un muret et le sentier reste plat. Après avoir enjambé un gros tuyau de captage, nous arrivons au lac de Brazato, immense avec son barrage et ses nombreux bouquets d’arnica entre lesquels le sentier est bien visible.

On aperçoit le but de la randonnée sur la gauche, un sommet arrondi en arrière d’une pointe qui semble plus haute vue d’ici.

Il faut dès lors longer le lac sur le côté gauche pendant quelques minutes après lesquelles un raidillon nous hisse rapidement aux lacs supérieurs de Brazato.
De là, nous obliquons à droite pour gagner en diagonale, le col de Brazato déjà bien visible, sans perdre de dénivelé. Nous aurons mis à peine trois heures.

La vue du col est splendide, même si pour nous, le jour de cette sortie, les nuages ont stagné à 2900m et nous ont bouché la vue toute la journée 🙂
Vous devrez me croire sur parole, c’est vraiment beau et ça vaut le déplacement 😀

Du col, après avoir mis des manches longues, le pantalon et des gants et avoir dégusté une barre de céréales, nous nous dirigeons à vue, vers la droite, en diagonale jusqu’à la crête à droite du sommet.
La trace est cairnée jusqu’au bout et le cheminement est évident dans un gros pierrier stable agréable à monter.

Régalez-vous du spectacle sur le Vignemale et les sommets de Gavarnie si vous avez la chance de les voir :-). Nous, nous les avons imaginés et c’était beau aussi 😀

Cette course facile est vraiment un régal, que ce soit au niveau de la montée agréable ou au niveau de la vue qu’elle offre.

 

Partagez sur vos réseaux

Articles associés